NEWS_DEFAULT_MENU_LABEL

News

La Fédération générale des chambres de commerce égyptiennes accueille le chef de GOEIC pour clarifier le système d’exportateur accrédité

Publish Date 06/09/2022 09:22 PM
Last Update 07/09/2022 12:18 PM
279

La Fédération générale des chambres de commerce, dirigée par l’ingénieur Ibrahim Elaraby, a organisé une réunion avec le chef de l’Autorité Générale De Contrôle des Exportations et des Importations, l’ingénieur Essam Al-Nagar, pour expliquer les mécanismes du système « exportateur accrédité » dans le cadre de l’Accord de partenariat euro-méditerranéen en se basant sur les recommandations du Comité National des Règles d’Origine, qui commencera à être appliquées  le 15 septembre.

Son Excellence a été reçu par  M. Mohamed El-Masry, Premier Vice-président de la Fédération générale des chambres de commerce, Alaa Ezz Secrétaire général de la Fédération des Chambres de Commerce, les chefs des Chambres de commerce et les membres de l’Assemblée Générale de la Division générale des exportateurs de la Fédération, en présence de D.Dalia Shehab, Chef de l’Administration Centrale des Exportations et de l’Origine, qui à son tour a clarifié aux exportateurs les mécanismes d’application du système de « L’exportateur accrédité » et a répondu à toutes les questions.

Pour sa part, l’ingénieur général Essam Al-Nagar,chef de l’Autorité Générale de Contrôle des Exportations et des Importations, a assuré qu’une plate-forme électronique sera lancée sur le site Web de l’Autorité au début du mois d’octobre prochain pour aborder  le système de « l’exportateur accrédité » qui permet à l’exportateur de s’enregistrer par voie électronique, à condition que les données et les documents soient examinés électroniquement et que le demandeur se notifie de l’acceptation ou le rejet, pour terminer les procédures.

Dans le cas de l’acceptation par voie électronique, un délai ne dépassant pas une semaine sera précisé à compter de la date d’acceptation pour examiner les documents originaux auprès de l’Autorité générale de contrôle des exportations et des importations, et dans le cas où l’exportateur remplit les données et soumet toutes les documents justificatives, il recevra un numéro d’enregistrement de l’exportateur composé d’au moins quatre chiffres (0000), puis passera à l’étape de l’octroi du statut « d’exportateur accrédité ».

Au cours de la réunion, le Chef de l’Autorité a indiqué que 107 sociétés exportatrices ont été présentées  pour être enregistrées dans le système et rempliront toutes les conditions dès que l’enregistrement sera disponible.

Il a également ajouté que le système de «  l’exportateur accrédité » présente un avantage aux exportateurs qui remplissent certaines exigences, cet avantage leur permet de remplacer la délivrance «  du certificat d’origine »par « la facture commerciale ».

Le système de «  l’exportateur accrédité » représente également une excellente occasion pour les exportateurs d’accéder aux marchés étrangers et cela en remplassant «  le certificat d’origine » par une alternative «le relevé du facture » comme l’un des documents les plus importants requis pour achever l’opération de l’exportation en vertu d’accords commerciaux. Lorsque l’exportateur remplace le certificat en inscrivant l’engagement du « relevé de facture » sur la facture commerciale ou sur l’un des documents commerciaux accompagnants l’expédition dans lequel, il s’engage à respecter les règles d’origine, ainsi que, les marchandises jointes sont d’origine préférentielle ce qui constitue actuellement, l’une des tendances mondiales de ce que l’on appelle « l’auto-délivrance de la preuve de l’origine », et que le stade de l’enregistrement de l’exportateur est l’une des étapes importantes requises pour l’enregistrement au système  «  de l’exportateur accrédité » ainsi que l’une des étapes les plus importantes requises pour la délivrance de certificats d’origine électroniques conformément aux conventions internationales.

M. Essam El-Nagar tient toujours à poursuivre  les plaintes des exportateurs et les obstacles qui entravent l’opération de l’exportation, en promettant sa souveraineté, de les étudier avec les entités compétentes pour être toujours  à leur appui et en application des directives de l’État dans le bute d’augmenter le taux  des exportations égyptiennes pour atteindre 100 milliards de dollars.

Content Rating
Share